La face cachée des promenades à dos d’éléphants

La face cachée des promenades à dos d’éléphants

Une des activités phares en Asie, ce sont les promenades à dos d’éléphants.
Mais savez-vous vraiment ce qui se cache derrière cette activité qui paraît pourtant anodine ?

Bien que cette activité soit de plus en plus rare au Sri Lanka, elle persiste tout de même dans certaines régions.

Aujourd’hui, on vous en dit un peu plus sur les traitements que subissent les éléphants ainsi que les conséquences sur leur vie et leur santé.

Des éléphants battus

Les éléphants servant à ce genre d’activités sont bien souvent volés dans les réserves. Arrachés à leurs mères dès leur plus jeune âge, les éléphanteaux vont être battus et torturés afin d’être complètement soumis à l’homme.

Pendant plus d’une semaine, ils sont enfermés dans une minuscule cage, les privant ainsi de tout mouvement.
Ils sont frappés à l’aide d’un pic à glace géant, privés de nourriture et d’eau mais aussi de sommeil.

Ceux qui ont « la chance » de ne pas en mourir sortiront de cette semaine, traumatisés à vie et complètement soumis à leurs mahouts (leurs dresseurs).

Tout au long de la vie de l’éléphant, les dresseurs utilisent ces mêmes pics à glace contre l’animal.
Au moindre écart de l’éléphant, le mahout n’hésite pas à s’en servir rappelant immédiatement au pachyderme les traumatismes subis.

 

Les promenades à dos d’éléphants

Une des activités phare en Asie ce sont les promenades à dos d’éléphants.

Au Sri Lanka cette pratique est de plus en plus boycottée mais malheureusement, il est toujours possible de voir ces pauvres animaux transporter des touristes.

Les séquelles de ces pratiques sur les éléphants sont nombreuses.

En effet, la peau du dos des pachydermes est extrêmement fragile, ils ne peuvent supporter des charges supérieures à 150 kilos sous peine de leur brûler la peau et de leur provoquer de graves liaisons.

Faisons un petit calcul…

Une nacelle pèse à elle seule plus de 100 kilos. Lors d’une promenade il y a généralement deux touristes assis dans la nacelle.
A cela, parfois il faut ajouter le poids du mahout…
La barre des 150 kilos est franchie depuis bien longtemps.

Lors de la promenade, les mahouts dirigent les éléphants à l’aide d’un pic à glace géant (rappelez-vous, le même ayant servi durant leur première semaine de captivité).
Que ce soit sur la tête ou aux pattes, ces pics à glace provoquent aux éléphants, des plaies ouvertes.
Plaies que les dresseurs ne soigneront jamais au risque qu’elles s’infectent et provoquent des maladies et douleurs atroces à l’animal.

En conclusion

Malheureusement, la grande majorité des touristes n’est pas au courant ou ne se rend pas compte de ce qui se cache derrière ces activités.

Ceux qui le savent préfèrent tout simplement fermer les yeux et profiter de ce court moment de joie que leur provoque ces activités.

Un éléphant n’a nullement besoin de l’homme pour se nourrir ou se laver !
Et même si c’est « trop mignon » de donner un biberon à un éléphanteau, gardez en mémoire que pour ce plaisir de 30 secondes que vous allez vivre, l’éléphanteau va vivre une vie entière de misère !

Tant que les touristes continueront à solliciter ce genre d’activités, les mahouts continueront d’exister et l’esclavagisme des éléphants perdurera.

Vous avez aimé cet article ?

N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux =)

Vous pouvez également aimer notre page Facebook et nous suivre sur Instagram et échanger avec d’autres voyageurs sur le groupe facebook de notre blog.

Merci pour votre soutien ❤

 

4 commentaires sur “La face cachée des promenades à dos d’éléphants

  1. Je connaissais les conditions de vie déplorables de ces pauvres bêtes… les photos que tu montres n’ont rien de rassurant! Mais, c’est une triste vérité qui doit être mise en avant pour éviter aux touristes de tomber dans ces pièges horribles!

  2. coucou

    je me doutais bien que ces animaux étaient exploités et maltraités.
    je ne fais pas ce genre de ballades je trouve ça malaisant
    merci d’en parler les gens doivent être au courant !

  3. Coucou,

    Je suis absolument contre tout ce qui touche au animaux de manière touristiques.
    Mon fils n’a jamais mis les pieds dans un cirque avec animaux, même avec l’école, j’ai refusé.
    Il sait très bien pourquoi, il connaît la souffrance que les animaux endurent.

    Une amie est partie en Thaïlande et elle est rentrée toute fière avec sa photo dans un box d’un tigre qui ne disait rien. Il ne faut pas être devin pour voir que l’animal était complètement drogué. Elle ne s’en ai pas rendu compte, elle le pensais « docile ».

    Malheureusement, certaines personnes pensent que c’est parfait pour divertir les enfants, par exemple, ou se faire des souvenirs ! Je préfère les observer de loin, aux jumelles, dans leur milieu naturel et en liberté que comme ça.

    Belle journée,
    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.