Que s’est-il passé ?

Dimanche 21 avril, réveillé par le chant des perroquets, la journée avait pourtant bien commencé.

Notre guest du jour, devait arriver dans l’après midi, nous nous apprêtions à nous rendre en ville pour y faire nos courses.

Une journée normale… En apparence…

Le Tuk- Tuk se faisant attendre, nous avons pris alors machinalement nos téléphones afin de faire un tour sur les réseaux sociaux.

C’est alors que nous avons découvert avec stupeur les tristes actualités du jour.

Plusieurs bombes auraient explosé à Colombo.

Stupeur, inquiétude, stress, peur, un festival de sentiments plus terrifiants les uns que les autres nous a alors envahis. Nous avons décidé de rentrer.

Ni une ni deux, nous nous sommes rués sur la télévision afin de suivre les JT Sri Lankais.

Les informations concernant les attentats que venait de subir le Sri Lanka n’étaient pas encore connus du monde occidental, nous avons alors décidé d’informer rapidement nos proches de la situation avant qu’ils ne prennent peur.

Toute la journée, nous avons reçu des informations confuses et floues, personnes ne savait exactement ce qui venait de se passer, ni la réelle ampleur de la catastrophe.

 

Que s’est il passé exactement ?

Le dimanche 21 avril à 8h45,  3 explosions retentissent simultanément à Colombo.
Le sanctuaire Saint-Antoine qui célébrait la messe de Pâques ainsi que les hôtels de luxe, le Shangri-La et le Kingsbury qui organisaient tous deux des brunchs de Pâques sont les cibles de terribles attaques.
Au même moment, à Negombo, c’est l’église Saint-Sébastien qui est frappée par une explosion.

A 8h50, soit seulement 5 minutes après ces attaques terroristes, c’est le Cinnamon Grand hôtel de Colombo qui est à son tour visé… Lui aussi organisait un brunch de Pâques.

Plus à l’Est, à 9h05 à Batticaloa c’est l’église évangélique Sion qui, à son tour, est prise pour cible, et également durant la messe de Pâques.

carte_attentat_sri-lanka

Plus tard dans la journée, c’est l’hôtel Tropical Inn à Dehiwala (Mount Lavinia) qui est à son tour victime d’un attentat faisant 2 morts.

Enfin vers 14h15, lors de la perquisition de la maison d’un des présumés auteurs de ces attentats, la femme enceinte de ce dernier s’est fait exploser tuant avec elle, ses 3 enfants, la femme d’un second kamikaze et 3 agents de police.

En tout, ce sont près de 258 personnes qui ont été tuées, parmi elles, 45 enfants.
496 personnes ont été blessées, 47 sont toujours hospitalisées dont 12 en soins intensifs.

Ces attaques ont été revendiquées le 23 avril par l’EI.
Ils ont été commis par une branche locale, le NTJ. Mouvement interdit et banni depuis par le gouvernement Sri Lankais.

©2019_Un_Passeport_En_Cavale_Sri_Lanka_Les_Attentats_Tous_Droits_Réservés_025

Le bilan aurait pu être bien plus lourd.

En effet, le gouvernement a annoncé avoir déjoué plusieurs autres tentatives.

Une bombe a été découverte a proximité de l’aéroport international  Bandaranaike de Colombo. Elle a rapidement été désamorcée.

Le lendemain des attaques, soit le 22 avril, la «STF » (Special Task Force : unité d’élite de l’armée Sri Lankaise) a découvert 3 bombes dans une camionnette.
Elles ont toutes les 3 explosé après que la zone ait été totalement évacuée, ne causant ainsi que des dégâts matériels.
Plus tard dans la journée, dans le quartier de Pettah, à Colombo, ce sont environ 80 objets servant à fabriquer des bombes qui ont été découverts.

Les mesures mises en place par le gouvernement.

Immédiatement après les attentats, l’état d’urgence a été déclaré, ce qui est tout à fait normal dans ce genre de situations.
Pendant plus de 10 jours, un couvre feu nocturne a été instauré sur l’ensemble de l’île. Dans certaines villes ce couvre feu était même prolongé en journée.
Les contrôles de l’armée et de la police étaient et sont toujours omniprésents de jour, comme de nuit.

Le gouvernement Sri Lankais a reçu le soutien de la communauté étrangère, des agents d’Interpol et du FBI ont été envoyés sur l’île.

Les réseaux sociaux ainsi que Youtube et les messageries comme Whatsapp et Viber ont été bloqués pendant plusieurs jours afin d’éviter de générer des rumeurs et fausses informations mais également pour éviter les conflits entre les différentes communautés religieuses.

Enfin, le gouvernement Sri Lankais a procédé à ce qu’on appelle ici : Un grand nettoyage.
Des centaines de perquisitions ont eu lieu dans des maisons, des magasins et des espaces religieux, environ 150 personnes ont été arrêtées et selon le journal Le Monde plus de 600 ressortissants étrangers ont été expulsés du Sri Lanka.

Voilà pour le résumé de ce qui s’est passé ici ainsi que les mesures mises en place.

Nous avons mis du temps, beaucoup de temps à vous écrire cet article. En effet étant sur place, nous sommes particulièrement touchés par ces événements et il a été difficile pour nous de trouver les mots.
Nous voulions vous écrire un article de qualité, sans omettre des détails importants et surtout en restant objectifs.
On le sait écrire à chaud n’est jamais bon.

©2019_Un_Passeport_En_Cavale_Sri_Lanka_Les_Attentats_Tous_Droits_Réservés_023

Pour finir, vous êtes très nombreux à nous demander, quelle est la situation sur place, vous trouverez toutes les réponses à vos questions juste ici:

Post-attentat, quelle est la situation sur place ?

Vous avez aimé cet article ?

N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux =)
Vous pouvez également aimer notre page Facebook et nous suivre sur Instagram !

Merci pour votre soutien ❤

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.