Le Coronavirus vécu par les expatriés

Le Coronavirus vécu par les expatriés

Pour le premier article de notre rubrique : Histoires d’expatriés, nous avons décidé de parler de l’actualité liée au Coronavirus (le Covid-19 )

Comme vous avez pu le voir dans nos nombreuses vidéos postées sur notre compte instagram, les mesures prises au Sri Lanka pour lutter contre le Coronavirus sont nombreuses et strictes.

Certains districts comme le nôtre sont en couvre-feu permanent. Si à Kandy, nous vivons cette situation depuis le 27 mars, à Colombo le couvre-feu permanent date de bien plus longtemps.

Le couvre-feu permanent veut tout simplement dire que nous n’avons pas le droit de sortir et ce même pour faire des courses !

Il a donc fallu s’organiser et vivre différemment.

Le Sri Lanka est un des pays qui a mis le plus de restrictions en place.

Etant nous-mêmes expatriés, il nous tenait à cœur de savoir comment les expatriés du monde vivaient cette situation.
Vivre dans un pays où l’on ne maitrise pas forcément la langue, ni tous les codes et à des milliers de kilomètres de ses proches n’est pas évident et encore moins dans ce genre de situations.

Aujourd’hui, nous avons donc demandé à des expatriés des 4 coins du monde de nous parler des mesures prises dans leur pays d’adoption suite au Coronavirus et également de nous parler de la vie sur place.

Nb : La rédaction de cet article a pris plusieurs jours , le temps notament de recueillir tous les témoignages.
Certaines questions ont été posées il y a 7 jours.
La situation sanitaire et les mesures peuvent donc avoir évolué.


Interview des expats: Le Coronavirus vécu par les expatriés 

********

Barbara, du blog « Trip of my life  » expatriée en Espagne.
Découvrez son blog: Hilo Rico

 

Comment est la situation sur place suite au Coronavirus ?
On ne sort pas depuis 3 semaines.
Les enfants et personnes âgées sont carrément interdites !
Nous avons un chien, mais c’est strict minimum. On respecte en profitant de faire les courses lors des promenades.
Notre chien a été très malade à cause des fumigations… j’ai cru qu’il y restait 😭
Seulement une personne peut sortir à la fois, il y a pas mal de contrôles et j’ai vu des personnes se faire amender (min 600 euros) malgré leurs pleurs et supplications …..
Le gouvernement a confiné le pays jusqu’au 25 avril pour ne pas faire les mêmes erreurs que d’autres pays. Je crois qu’on est en bonne voie !

Il y a beaucoup de soignés, ils utilisent le plasma comme aide au traitement en attendant mieux !

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement pour lutter contre le Coronavirus ?
Personnellement (avec une certaine expérience de politique d’autres pays) je trouve les espagnols exemplaires et le gouvernement très ferme !
Même s’ils râlent (défaut méditerranéen) je me considère chanceuse et soutenue.
L’Espagne sait gérer les situations critiques avec une main de fer.

As-tu pensé à retourner en France ?
Je ne suis pas française mais Suisse.
Je ne souhaite pas retourner en Suisse. Je suis aussi de nationalité italienne, mais ça n’a jamais fait partie de nos plans….

Comment vis tu cette situation « inédite  » en tant qu’expatriée ?
A vrai dire, j’ai beau réfléchir, et c’est une situation si bizarre qu’on en a les bras qui tombent…

Honnêtement financièrement c’est très difficile, aucune idée de comment on va gérer ça !
Il faut dire que nous sommes des expatriés qui avons quitté notre pays par choix, pas pour une mutation ou un déplacement professionnel.
Il a fallu recréer une vie, d’abord au Costa Rica, puis au retour en Europe. Comme je te l’ai dit c’est tout juste une année que nous sommes arrivés en Espagne…. à peine installés !

Donc après avoir passé l’année à prendre des repères, nous étions en plein projet d’expansion et plouf… par chance nous n’avions encore rien signé…. ou malchance! A voir comment se comporte le marché….

Au niveau famillial:
Le confinement est très dur, je le gère mal !
Je pensais faire un million de truc, je suis du genre hyper active, mais de me retrouver entre 4 murs par obligation … je meurs !!! On a une fille de 11 ans, qui a déjà vécu une situation similaire de grève scolaire !! Et une grand-mère de 78 ans qui est partie avec nous en 2015… Mon mari et moi au milieu de tout ça… pffiou ! On est solides… espérons !

J’ai aussi des filles (adultes) qui sont restées en Suisse, aux études, je pensais m’être rapprochée… c’est aussi raté !!

 

As tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ?
Problèmes de violence ? Vous sentez-vous en insécurité ? Ou au contraire des élans de gentillesse et de générosité ?
Les gens sont géniaux, rigolos, communicatifs, ils t’aident, t’acceptent, jamais tu ne rentreras sans avoir parlé à quelqu’un.
Générosité pas trop, ils sont plus en galères que nous.
Par contre je ne peux pas te dire comment ça sera après…. ici il n’y a personne, personne dans les rues !!
Tu sais le film je suis une légende…. ben c’est ça !! Sans les bâtiments démolis…

********

Elsa, étudiante en Nouvelle Zélande

Comment est la situation sur place suite au Coronavirus ?
Nous sommes en confinement. Mais j’ai l’impression que les gens jouent le jeu et font réellement preuve de civisme.
Concernant la situation sanitaire on est à 1 100 cas déclarés, dont 70 nouveaux depuis hier, 180 guéries et 1 décès.

Concernant tout ce qui est livraison à domicile, il n’y en a plus, on a juste les magasins de première nécessité qui sont ouverts.
Dans les rayons, on trouve généralement de tout, même si certains produits manquent, on peut facilement les remplacer (jambon, farine..)

Quelles sont les mesures mises en place pour gérer la crise en Nouvelle Zélande ?
Un confinement, pas très strict, mais pourtant respecté.
Il est conseillé de sortir uniquement pour des choses essentielles.
Les promenades et le sport sont autorisés à partir du moment où on respecte les distances de sécurité.
De plus, à l’entrée de chaque magasin il y a du gel pour se nettoyer les mains, c’est un passage obligatoire pour faire ses courses.

 

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement Français vis-à-vis des expats en Nouvelle Zélande ?
On touche un point sensible.

Premier point. Avant l’annonce du confinement, je suis allée à l’agence consulaire ici et la seule réponse que j’ai eue était de me renseigner sur internet et que les informations allaient très vite.

Second point : je trouve que pas assez de mesures sont prises, pour les WHV et autres visa étudiants, nous ne sommes ni des touristes, ni des expats aux yeux du gouvernement.
Ils se sont d’ailleurs rendu compte qu’il n’y avait pas 20 000 français à l’étranger mais 180 000 …

Pour ma part, j’ai pris la décision de rester, pour plusieurs raisons, mais surtout parce qu’on nous parle de « rapatriement », mais c’est uniquement pour se donner bonne conscience.
A partir du moment où c’est le voyageur qui prend en charge son billet retour, je n’appelle pas ça du rapatriement.

En vrai, pour ceux qui souhaitent rentrer, nous ne sommes pas aidés.

 

Comment vis tu cette situation « inédite  » en tant qu’expatriée ?
Je ne peux pas dire que je le vis bien ou mal… C’est inédit comme tu dis.
Mais je relativise. J’ai un toit sur la tête, de quoi dormir et une connexion internet pour donner signe de vie à mes proches.
Puis finalement je m’occupe comme je peux.

As tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ?
Problèmes de violence, d’insécurité ?  Ou au contraire des élans de gentillesse et de générosité ?
J’ai des amis néo-zélandais basés sur Wellington (que je n’ai pas encore eu le temps de rejoindre, mais qui prennent de mes nouvelles très régulièrement. )
Mais le seul kiwi que j’ai rencontré ici à rendu ma vie tellement plus belle pour une confinée.
Qu’il m’apporte un camping gaz c’était déjà super, mais il m’a fait des courses pour m’éviter de sortir.
Et il a vraiment été au petit soin.
Snack, chocolat, bonbon en prime.
Et il m’a même pris une bouteille de vin parce que : « il parait que les français aiment le vin »

Pour ma part, je n’ai pas ressenti de violence ou ne me suis pas sentie en insécurité depuis le début du confinement .


********

Alexandra, expatriée à Vancouver au Canada


Comment est la situation sur place suite au Coronavirus ?
Vancouver est située en Colombie Britannique.
Notre province compte environ 5,000,000 d’habitants sur un territoire d’environ 1,000,000 de km2.
En termes de cas, au 7 avril la province a testé environ 50,000 personnes, il y a 1,300 cas de Coronavirus, dont 800 guéris – sur les 500 cas restant, environ 150 sont hospitalises, 75 en soins intensifs et 43 décès essentiellement dans des maisons de retraite.

Le Canada étant un état fédéral, la santé est gérée par les provinces.
Nous avons la chance d’avoir une médecin en chef (Dr Bonnie Henry) remarquable, qui, avec le ministre de la sante, fait un point de presse quotidien. Ils ont pris des décisions relativement tôt par rapport à la propagation du Coronavirus.
Interdiction des rassemblements de plus de 50 ans, les gens rentrant de voyage se mettent en quarantaine 14 jours, fermeture des bars et restos, distance sociale de 2 m.
Nous sommes invités à  limiter nos déplacements en respectant ces distances mais nous ne sommes pas confinés.
Les gens respectent les consignes ; dans les magasins il y a eu un rush sur le papier toilette mais ça s’est tassé. Globalement, il n’y a pas de problème d’approvisionnement (la frontière avec les US reste ouverte au trafic de marchandises).
Par ailleurs, notre gouvernement provincial communique de manière calme, organisée et avec empathie, ce qui à la fois évite la propagation de l’anxiété et aussi aide à suivre les consignes.

Pour ce qui est de Vancouver proprement dit, le centre-ville s’est transformé en ville fantôme. Les tours de bureau se sont vidées et les gens bossent de chez eux. Les hôtels, restaurants, bars et magasins sont fermés et certains ont décidé de mettre des planches de bois sur leurs vitrines.
Il y a peu de gens dans les rues c’est assez triste.
Par contre dans mon quartier, le West End, même si les restos et bars sont fermés, ils font de la vente à emporter. Les autres commerçants du quartier restent ouverts alors ça reste vivant.
Et puis la mer est à côté donc c’est facile d’aller y faire un tour pour s’aérer.

Le parc Stanley a été fermé à la circulation automobile donc les piétons et vélos vont avoir plus de place pour en profiter !

Pour ce qui est des mesures de restrictions, le gouvernement provincial a dit qu’on en avait au moins jusqu’à fin mai (!)

 

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement du pays dans lequel tu te trouves ?
Au Canada, comme nous sommes un état fédéral, il faut distinguer les mesures sanitaires qui relèvent de chaque province des mesures économiques et de protection nationale.

Pour les mesures économiques et de protection nationale, c’est décidé et mis en oeuvre au niveau fédéral.
Le premier ministre Justin Trudeau fait un point de presse tous les matins.
Au niveau économique, il y a un énorme soutien aux particuliers et aux entreprises.

Pour les particuliers qui ont perdu leur emploi ou leurs contrats dus à l’épidémie du Coronavirus, le gouvernement donne CAD $2,000/mois pour les 4 prochains mois.

Pour les entreprises qui ont perdu 30% de leur activité ou plus, subvention de 75% des salaires.
Il y a aussi des mesures pour les associations à but non lucratif.
L’objectif est vraiment de maintenir tout le monde à flot le temps de la crise du Coronavirus pour re-démarrer ensuite.

 

As-tu songé à te faire rapatrier ?
Rapatriement ? ça fait 10 ans que je vis ici, et ma mère plus de 20 ans.
L’esprit de mon père est ici aussi. Donc Vancouver c’est la maison. Donc bien sûr je reste ici.
Et puis quand je compare la situation en France, on est bien mieux ici.

 

Comment vis tu cette situation « inédite  » en tant qu’expatriée ?
Comment je vis cette situation inédite?
Comme dit plus haut, la situation sanitaire en Colombie Britannique semble pour l’instant relativement sous contrôle donc c’est plutôt rassurant.
D’un point de vue économique, je vais toucher l’allocation de $2,000 évoquée plus haut.
J’ose croire que dans 3 ou 4 mois la situation sanitaire se sera suffisamment améliorée pour que je sois ré embauchée.
Si ce n’est pas les cas, il faudra que j’envisage de changer de branche…

 

As tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ?
Problèmes de violence, d’insécurité ?
Ou au contraire des élans de gentillesse et de générosité ?
Interaction avec les locaux? Vu que je suis une locale, ça se passe bien !
Plus sérieusement, il n’y a pas de violence mais au contraire de la solidarité et beaucoup de contacts (virtuels bien sûr) pour vérifier que tout le monde va bien autour de nous.

 

********

Alexienne, du blog « Le vent en poulpe  » expatriée à Londres.
Découvrez son blog:
Le vent en poulpe

 

Comment est la situation sur place suite au Coronavirus ?
Ici à Londres, (la situation peut changer des villes plus petites), les mesures ont mis du temps à venir.
Les personnes se sont ruées sur le papier toilette mais sans respecter aucune mesure de distanciation sociale, car le message avait mal été véhiculé par les autorités.

J’ai vu des gens partager des bières dans un parc; avec des masques et des gants…
Depuis, on vit au rythme des annonces Coronavirus chaque soir, et le gouvernement a demandé la fermeture des magasins et restaurants.

Les gens ont majoritairement reçu le message « stay at home », et la communication s’organise.
Mon boulot m’a passé en télétravail depuis 3 semaines mais ce n’est pas le cas de toutes les entreprises.

Les gens respectent les mesures de distances dans les magasins (marquage au sol…), mais il y a encore quelques manques sur des produits de base (pâtes et riz sont aux abonnés absents de la grande surface la plus proche depuis plusieurs semaines).
Malgré toutes ces mesures, il n’y a pas d’amende si on se balade.
Le gouvernement fait appel au bon sens.
Pas de couvre-feu non plus.
Et les personnes vulnérables ont accès à des horaires prioritaires pour se faire livrer les courses (les services sont clairement surchargés et très peu de créneaux sont disponibles).
Autre fait qui s’ajoute, le premier ministre (qui voulait que tout le monde attrape le virus pour créer une résistance de masse) est hospitalisé en soins intensifs.

 

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement du pays dans lequel tu te trouves pour lutter contre le Coronavirus ?
J’ai trouvé que les mesures britanniques ont tardé à venir !
Quand la France (et d’autres pays Européens) ont mis en place le confinement, le Royaume-Uni se targuait d’être le pays des libertés où l’on n’empêcherait jamais les gens de circuler…
Une semaine plus tard, fermeture des magasins.
L’absence de mesure de police fait que beaucoup de gens continuent de se balader dans les parcs ou de faire du sport.
Je crois que dans le petit parc devant chez moi, avec la montée des températures, il y a de plus en plus de monde qui vient faire du sport sur les bancs ou l’aire de jeu.
Du coup, je trouve que la mesure est en demi-teinte.
On demande beaucoup d’auto responsabilisation.
Mais comme le message sur le Coronavirus, sa transmission et les risques ont mal été communiqués,
on trouve des gens qui se baladent en pensant que respecter 2 mètres de distance suffit (mais qui vont toucher des bancs, des fontaines, des portes…)

As-tu songé à te faire rapatrier ?
Au tout début du confinement, mon boulot m’a autorisé à rentrer en France et travailler depuis là bas.
Le confinement venait d’être annoncé en France, et j’ai beaucoup beaucoup hésité.
Mais en faisant le trajet j’aurais fait courir un grand risque à ma famille dans le sud de la France, surement plus isolée que moi, vivant dans la plus grande capitale d’Europe.
J’aurais aussi préféré les hôpitaux français aux hôpitaux anglais (que j’ai déjà vu à l’œuvre), et aimé être plus proche de ma famille.
Mais le risque étant trop grand, je reste confinée au Royaume Uni.
La décision de rester à Londres a été prise conjointement avec mon amoureux, qui vient de la même ville que moi dans le sud de la France, et qui lui aussi a décidé de rester pour protéger sa famille et se protéger aussi.

Comment vis tu cette situation « inédite  » en tant qu’expatriée ?
Le fait d’être expatriée rajoute un stress pour moi (je pense, mais je n’en suis pas sure puisque je ne le vis pas depuis la France).
Cette situation crée une distance supplémentaire avec ma famille.
Elle me semble tout à coup loin (même si je sais que je ne pourrais dans tous les cas pas rentrer s’il arrivait quelque chose)
Mes amis aussi me semblent très loin, cela crée un décalage car les mesures prises sont différentes chez moi et en France, du coup je compare les deux situations.
J’ai peur de me retrouver bloquée de ce côté de la frontière.

De l’autre côté, je n’ai pas envie d’affronter les hôpitaux anglais, qui ont un fonctionnement très différent de la France, ni d’affronter de possibles problèmes de compréhension (je travaille en anglais et je le parle couramment mais j’ai toujours peur de pas être comprise, notamment en situation de stress).

Après je suis restée au Royaume Uni car c’est le pays où je vis et que je l’ai choisi et que les soins y sont bons.
Si j’avais été expatriée ailleurs (hors Europe), je serais surement rentrée.

As tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ?
Problèmes de violence, d’insécurité ?
Ou au contraire des élans de gentillesse et de générosité ?
Je n’ai pas remarqué de signe particulier.

Je travaille dans un milieu multiculturel, donc pas de violence particulière.
Pas de grande générosité non plus, dans mon petit immeuble il y a quelques français mais on ne s’entraide pas plus.
On a bien reçu quelques messages dans les boites aux lettres sur les groupes de voisins sur Facebook, mais comme souvent le but est d’organiser des gardes alternées des enfants, je n’y vais pas.
En plus, cela rajoute à mon impression générale que les gens qui m’entourent n’ont pas compris comment se transmet un virus.
Et puis je m’isole vraiment (car mon amoureux avec qui je vis ici est à risque), donc je n’ai pas l’occasion de croiser grand monde ^^


********

Anaïs, expatriée à Séoul en Corée du sud

 

 

Comment est la situation sur place suite au Coronavirus  ?
En Corée tout va bien, nous n’avons jamais eu de confinement, on se déplace donc librement et à notre guise ! Le gouvernement distribue des masques dans les transports publics et des solutions antibactériennes sont disposés partout dans la ville pour que la population en use (pas de voleur ici!).

En outre, le gouvernement a aussi mis en place des caméras à chaleur thermique partout également donc la population est « contrôlée » quotidiennement et à l’entrée de certains bâtiments, cafés, boutiques etc., ils testent la température individuellement ! Au top

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement du pays dans lequel tu te trouves ?
Le gouvernement coréen semble assez efficace concernant la lutte contre le Coronavirus !
Dès le début, aucun confinement n’a été mis en place, seulement des mesures.

Par exemple, comme dit plus haut, on trouve dans chaque station de métro, même dans la rue, des solutions hydroalcooliques à disposition, que personne ne vole ou autre, pour que chacun puisse se désinfecter en tout temps.
Par moment, ils distribuent également des masques dans les métros, et même lorsque ce n’est pas le cas, on peut en acheter de partout !

Ensuite, pour les personnes revenant de l’étranger mais disposant d’une résidence en Corée, ils sont placés en self-confinement pour une durée de 14 jours.
L’état leur offre un ravitaillement à hauteur de 75€ de courses, et en contrepartie les personnes confinés doivent tous les jours utiliser une application lancée par le gouvernement pour signaler leur état de santé.

Si jamais on signale que notre santé se dégrade, un médecin peut nous appeler ou alors une ambulance peut venir nous chercher (je ne l’ai pas expérimenté, donc je me base sur des témoignages que j’ai reçus)

Par contre, si un étranger se rend en Corée, pour pouvoir entrer sur le territoire il faut signer un papier comme quoi on est d’accord d’être hospitalisé à nos frais pendant 14 jours à hauteur de 75~80€ par jour.
Si on peut prouver qu’on a une résidence en Corée, alors on peut demander un self-confinement, mais tous ceux logeant en guest house ou dans un hôtel sont refusés du coup !

Ensuite, nous sommes toujours testés indirectement car des caméras thermiques qui sont installées un peu partout dans les lieux très visités (centre commercial, gare, etc.), et à l’entrée de certains magasins ou cafés, ils testent individuellement la température de chacun!

Le gouvernement demande juste à la population de rester chez elle si possible sans interdire pour autant de sortir, et de se laver les mains régulièrement, ne pas toucher son visage et porter un masque, ce que certains ne font pas!

Ils y a toujours des gens dans les cafés, les cinémas et les restaurants, surtout ces derniers jours maintenant que depuis quelques jours on maintient un bon cap entre les infectés et les soignés.
L’impact du Coronavirus ne se ressent donc pas tellement je trouve, ce n’est pas étouffant dans la vie courante.
Certains évènements tels que les concerts et festivals ont été annulés, mais pas d’autres comme les comédies musicales et les pièces de théâtre !

Un contrôle de fièvre est juste observé donc, avec le port du masque obligatoire dans ces cas là!

 

Comment vis tu cette situation « inédite  » en tant qu’expatriée ?
Et bien je parle coréen suffisamment pour ne pas me sentir handicapée dans cette situation inédite !
Les infos sont reléguées régulièrement et ils essaient de faire en sorte que les expatriés ne se retrouvent pas perdus!
J’ai en revanche beaucoup de mal au niveau de l’immigration qui reste assez froide et silencieuse…
Ensuite, je suis en Corée depuis plusieurs années, c’est devenu mon pays, je me sens tout à fait étrangère en France.

As tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ?
Problèmes de violence, d’insécurité ?
Ou au contraire des élans de gentillesse et de générosité ?
Je n’ai jamais eu de problème, si ce n’est une fois: la semaine dernière.
Je devais faire une rmp pour un achat sur l’équivalent du bon coin en Corée, la personne était assez réticente, elle m’a demandé ma nationalité, depuis quand j’étais en Corée, si j’avais des symptômes etc mais finalement la rmp s’est faite!
Sinon dans le métro, les gens s’assoient à mes côtés même si d’autres places sont libres, on ne s’écarte pas à mon passage ou autre, donc tout va bien là dessus!

 

********

 Nathalie, du blog « Cookie & Attila  »
expatriée à Prague République Tchèque
Découvrez son blog : Cookie & Attila

Comment est la situation sur place suite au Coronavirus ?
Les autorités ont été rapides à prendre des mesures pour lutter contre le Coronavirus.
Le 11 mars, les écoles fermaient. Ensuite s’est accumulée une série de mesures annoncées jour après jour : télé travail si possible, bars et certains commerces fermés, distance sociale, interdiction de sortir si non nécessaire, port du masque obligatoire, etc.
A l’heure où j’écris ces mots, les restrictions s’assouplissent doucement pour un retour à la normale.
Dès aujourd’hui, il est autorisé de faire du sport sans masque en extérieur et les magasins de bricolage rouvrent leurs portes.

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement du pays dans lequel tu te trouves pour lutter contre le Coronavirus  ?
J’ai été heureuse de voir la rapidité d’action des autorités.
Le gouvernement a pensé à de nombreux détails pour protéger un maximum de personnes (dans les transports en commun, par exemple).
Ils ont même pensé à rendre gratuit l’envoi via Poste de masques faits maison !
J’ai été impressionnée par la population qui a directement suivi les règles mises en place.

As-tu songé à te faire rapatrier ?
Absolument pas.

Ma vie est à Prague.
J’y ai mon travail, mon copain, mon chat et la plupart de ce que je possède.
J’étais même soulagée d’être en République Tchèque quand les autorités ont fermé les frontières.
Dans le cas contraire, il aurait été extrêmement compliqué, voire impossible, de rentrer chez moi.
Comment vis-tu cette situation « inédite  » en tant qu’expatriée ?
La seule difficulté que je rencontre est de me tenir informée de la situation en République Tchèque.
Je sais ce qu’il se passe en Belgique et aux Etats-Unis car il n’y a pas de barrière de la langue.
Cependant, ça ne m’aide pas beaucoup dans la vie quotidienne… J’ai donc recherché des sources d’information locales et en anglais qui sont suffisantes pour connaître les dernières mises à jour.
Sinon, mes parents et moi ne tombons jamais à cours de sujet lorsque nous Skypons chaque lundi !

As-tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ?
Problèmes de violence, d’insécurité ?
 Ou au contraire des élans de gentillesse et de générosité ?
Ni l’un ni l’autre.

C’est peut-être parce que je ne sors pas de chez moi ?
Une anecdote qui m’a fait plaisir est lorsque la mère de ma manager (une Tchèque) m’a envoyé des masques fait maison.
J’ai doublement apprécié l’attention sachant qu’il aurait été compliqué de m’en procurer !

********

Karine du blog « Hot fondue pot  » expatriée à Hong Kong
Découvrez son blog :  Hot fondue pot

Comment est la situation sur place suite au Coronavirus ?
Aujourd’hui, le 6 avril 2020, soit 77 jours plus tard après notre premier cas, nous comptons 989 personnes touchées par le Coronavirus.
C’est peu et la progression a été lente, car le gouvernement a mis en place dès le départ des mesures concrètes.  

Dès le 25 janvier, le gouvernement a déclaré que c’était une urgence.
Depuis cette date, toutes les festivités (et en particulier celles du Nouvel An chinois) ont été annulées, les écoles ont fermé, les entreprises ont été encouragées à faire du work from home, tous les lieux de loisirs ont fermé leurs portes jusqu’à nouvel ordre.

Le 28 janvier, le train reliant la Chine à Hong Kong a été suspendu et les vols, ainsi que les bus en provenance de Chine continentale ont été réduits de moitié.

Et puis, en parallèle, les Hongkongais ont immédiatement adopté les gestes barrières.
Sans que le gouvernement n’ait rien à dire, tout le monde a décidé de sortir avec un masque dès fin janvier.
Heureusement, ma maman a pu m’en envoyer en urgence et j’ai pu trouver une couturière à Hong Kong pour en faire en tissu.
Depuis le 30 janvier, nous ne sortons plus sans eux.
Bref, grâce à ces mesures exceptionnelles et rapides, la propagation a été lente.

Au 02 mars, nous n’avions que 100 cas confirmés malgré la proximité avec la Chine et malgré les allées et venues dues au Nouvel An lunaire !

On pensait que ça passerait.
Certaines compagnies ont relâché les conditions du work from home… et la vie semblait reprendre gentiment sa normalité….
Et puis, aux alentours du quinze mars, la situation a commencé à chauffer en Europe.

Fin janvier, dès le début de la contamination, un grand nombre de personnes a fui Hong Kong, profitant du work from home et de la fermeture des écoles pour se mettre à l’abri en Europe, en Australie ou ailleurs.
Hong Kong a alors annoncé qu’avec la situation dégénérant outre-mer, ils mettraient en pratique dès le 25 mars une quarantaine obligatoire pour toute personne revenant de l’étranger.
Suite à cette nouvelle, ceux qui étaient partis se mettre à l’abri à l’étranger sont revenus en masse… et nombre d’entre eux n’ont pas respecté la quarantaine.

Le 20 mars, on atteignait donc 256 cas confirmés, la plupart importés.
Aujourd’hui, nous en sommes à 989.

Depuis, les mesures se durcissent.
Le gouvernement a décidé de fermer jusqu’à nouvel ordre les salons de karaoké, discothèques, locaux de mah-jong, bars, fitness…
Les restaurants peuvent rester ouverts, mais une distance de 2 mètres doit être appliquée entre chaque table.
Nous n’avons plus le droit de nous rencontrer à plus de 4…

Désormais, il est interdit de rentrer sans masque dans un grand nombre d’endroits.
Dès que nous allons à la poste, dans un magasin, dans un café, dans un immeuble, dans un endroit fermé, quel qu’il soit, on nous prend immédiatement la température.
Souvent, nous devons signer un formulaire où nous devons confirmer ne pas avoir voyagé ni croisé de voyageurs les deux semaines précédentes.
Chaque guichet, chaque caisse, chaque fin d’escalator est équipé de désinfectant.
Il y a des tapis spéciaux pour s’essuyer les pieds dans les halls d’entrée…
Les boutons des escalators sont recouverts d’un plastique régulièrement nettoyé !

Techniquement, nous ne sommes pas confinés comme en France.
Nous travaillons depuis la maison… les écoles sont fermées… nous portons le masque dès que nous nous aventurons à l’extérieur, mes cours de cantonais ont lieu en ligne.
Nous sortons peu.
Nous voyons peu de monde.
Mais nous pouvons sortir !
Nous avons le droit d’aller par exemple faire une balade en forêt ou manger dehors, ce qui est quand même très agréable !


Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement pour lutter contre le Coronavirus ?
Je suis admirative de mon pays d’accueil.
Dès le départ, le gouvernement a pris au sérieux la menace et a pris des mesures drastiques pour lutter contre le Coronavirus.
Le peuple quant à lui n’a pas eu besoin de lois restrictives pour décider, tout seul de mettre des masques, d’éviter les grands rassemblements.

Je me sens très en sécurité ici !
Ils ont vécu le SRAS en 2004 et on peut voir à quel point ils savent gérer ce genre de crise.

As-tu songé à te faire rapatrier ?
Du tout.
Même au départ, lorsque la situation n’avait lieu qu’en Asie, je n’ai jamais eu peur.
Quand je vois comment l’Europe gère la crise actuellement, je me sens mieux à Hong Kong qu’en Suisse.

Comment vis tu cette situation « inédite » en tant qu’expatriée ?
Au début, c’était un peu flippant.
Les informations passaient en chinois avant d’être transmises en anglais.
Il y avait plein de rumeurs.
Il y a eu une grande pénurie de masques, puis de papier toilette et de denrées alimentaires diverses… et j’avais du mal à savoir ce qu’il fallait faire.
Mais maintenant, c’est rentré dans l’ordre et mes amis Hongkongais sont aux petits soins pour me renseigner si j’ai des questions.

J’ai été un peu plus stressée quand le Coronavirus est arrivé en Europe et en Suisse.
Là, j’ai commencé à vraiment me faire du souci pour mes proches… et je les voyais très relax.
Je voyais aussi le gouvernement réagir de manière très décontractée et cela contrastait totalement avec ce que je voyais ici.
Je crois que c’est la première fois que j’ai vraiment pris la mesure de ce qu’être loin de sa famille voulait dire : plus vraiment de possibilité de rentrer… et aucun moyen de les aider à distance.


As tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ?
Problèmes de violence, 
d’insécurité ? Ou au contraire des élans de gentillesse et de générosité ?
Je suis dans un groupe d’entraide, où étrangers et Hongkongais s’échangent de bonnes pratiques et se donnent des conseils.
Pour le moment, je n’ai vu que de belles choses : des gens qui se donnaient des astuces pour trouver des masques, des conseils sur la maladie et sa prévention.
Je n’ai pas expérimenté ni de violences ni d’insécurité.
Mais en général, Hong Kong est une ville très sûre et les Hongkongais sont adorables.

Je sais par contre que certains étrangers refusant de porter un masque ont été pointés du doigt… car ils faisaient peur aux locaux en continuant de sortir comme si de rien n’était.
Mais je pense que si l’on se comporte correctement, il n’y a pas de raison qu’on se fasse agresser.

********

Camille du blog « Les voyages de Camille  »
expatriée à Hô-Chi-Minh-Ville au Vietnam
Découvrez son blog : Les voyages de Camille

Comment est la situation sur place suite au Coronavirus ?
Nous sommes en confinement obligatoire depuis le 1er avril pour 2 semaines minimum.
Pour se rendre au Vietnam ou sortir du pays, c’est très compliqué.
La plupart des vols sont annulés jusqu’au 30 avril et les demandes de visa pour entrer sur le territoire sont bloquées jusqu’au 17 avril.

Néanmoins, la vie s’organise, tous les restaurants et cafés du coin proposent un service de livraison, les supermarchés et les pharmacies restent ouverts et il n’y a pas de pénurie.

J’ai la chance d’avoir un grand appartement avec un balcon très agréable et de pouvoir continuer à travailler depuis chez moi, donc je ne suis pas à plaindre !

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement pour lutter contre le Coronavirus ?
Je dois dire que je suis très impressionnée et agréablement surprise par la réactivité du gouvernement vietnamien depuis le début de la crise liée au Coronavirus.

Le Vietnam a adopté une stratégie de défense « low cost », mais efficace.
Malgré sa densité de population élevée (94 millions d’habitants, un des pays les plus peuplés de l’ASEAN) et son exposition à la pandémie du Coronavirus (le Vietnam partage 1300 km de frontière terrestre avec son voisin la Chine), le pays a réussi à contenir la propagation du virus et a même été félicité par l’OMS pour sa réaction face à l’épidémie.

Dès l’annonce du virus en Chine fin janvier, le Vietnam a été l’un des premiers pays de la région à prendre des mesures strictes .
Fermeture des écoles, collèges, lycées, universités dans tout le pays (elles n’ont d’ailleurs pas réouvert depuis, bientôt 3 mois…), fermeture partielle des frontières avec la Chine dès le 1er février, construction d’hôpitaux temporaires, mise en quarantaine de toute une ville dans le nord du Vietnam (le pays ne comptait alors que 16 cas !)
Fermeture des hauts lieux touristiques (baie d’Halong, delta du Mékong…), etc.
Le parcours de chaque personne infectée est rendu public de façon à isoler au maximum les cas et à fermer les endroits potentiellement « contaminés ».

La communication a elle aussi été travaillée.
Messages de prévention sur le Coronavirus à l’aide de hauts-parleurs (présents partout dans le pays), clip dansant qui a fait le tour des réseaux sociaux, SMS quotidiens du Ministère de la santé… même nos opérateurs téléphoniques jouent le jeu en affichant « Hay o Nha » sur nos portables, soit : « restez chez vous » !

 

As-tu songé à rentrer en France ?
Non, la question ne s’est même pas posée.
On s’est vite rendu compte qu’il serait compliqué de rentrer en France.
Qu’il était même plus dangereux de se rendre à l’aéroport, prendre un avion, puis un train (endroits confinés avec de potentielles personnes porteuses du virus), que de rester chez nous, ici au Vietnam, en prenant toutes les précautions recommandées.

Comment vis-tu cette situation « inédite » en tant qu’expatriée ?
Le confinement obligatoire bouleverse forcément nos habitudes de vie, mais le fait d’être expatrié ne change au final pas grand chose.
Que je sois confinée dans mon appartement ici à Saïgon ou dans un appartement en France, c’est la même chose.
Et c’est ce qui est assez perturbant d’ailleurs !
En étant bloqués chez nous, on perd la notion du temps, des jours de la semaine, même en continuant à travailler, mais aussi de son espace !
Les sorties se limitant au supermarché qui se trouve à 5 minutes de chez moi, 1 à 2 fois par semaine, j’en viens même parfois à oublier que je suis au Vietnam, c’est très étrange…!

As tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ?
Problèmes de violence, 
d’insécurité ? 

Non, je n’ai ressenti aucune chose de la sorte.

Ou au contraire des élans de gentillesse et de générosité ?
Le Vietnam est un pays très communautaire, les gens s’entraident beaucoup, surtout au sein des différents groupes dont ils font partie (famille, voisins, quartier, collègues de travail…).
De nombreuses collectes se sont organisées un peu partout dans le pays pour venir en aide aux personnes placées en quarantaine dans les hôpitaux, les résidences universitaires ou des centres militaires réquisitionnés. Et pour la petite anecdote, la veille du premier jour de confinement, mes collègues de travail m’ont envoyé un petit colis qu’ils ont appelé « kit de survie au confinement », avec des petits mots d’encouragement, du gel anti-bactérien pour les mains, des masques et bien sûr… du café vietnamien !
Bien trop adorable !

********

Lou et Armel, 22 ans en stage à Kerobokan à Bali

 

Comment est la situation sur place suite au Coronavirus?
Les points d’intérêt ont fermé petit à petit (bar, clubs, musées…) et ceux encore ouverts ont des horaires aménagés.
Tout le monde porte un masque mais les balinais ne respectent pas vraiment les mesures demandées par le gouvernement, encore beaucoup de monde qui sort etc.
Pour faire nos courses, les magasins sont encore ouverts et rupture de stock uniquement sur les lotions hydro alcooliques et masques.
Impossible pour nous de rentrer même si on le voulait

Certains magasins ont pris des mesures tel que du personnel à l’entrée qui nous applique de la lotion.

Vous n’êtes officiellement pas en confinement ?
Pas officiellement non

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement pour lutter contre le Coronavirus ?
Honnêtement je crois qu’ils ne font pas grand-chose.
Tout est calé sur le gouvernement indonésien même si la situation n’est pas la même ici et à Java par exemple ou c’est carrément pire.

Comment vis tu cette situation « inédite  » en tant qu’expatriée ?
Notre état d’esprit vis à vis de cette crise du Coronavirus change de manière journalière car on reçoit des informations de tous les côtés, vérifiables ou non.

On se dit qu’on a de la chance que la situation ne soit pas aussi grave qu’en France et surtout en cas de confinement on pourra rester confinés dans notre villa avec piscine.
On essaie de gérer au mieux la situation en prenant le moins de risque possible mais on a la crainte de ne pas pouvoir rentrer dans les prochains mois et de rester bloqués ici à Bali.
L’autre grosse peur que nous avons est que le nombre de malades explosent ici.
Que les infrastructures hospitalières ne soient pas à la hauteur et qu’on ne soit pas pris en charge correctement si on tombe malade.

As tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ? Problèmes de violence ? Vous sentez-vous en insécurité ?
Les blancs sont très mal vus ici et on est évités par les locaux, on entend souvent « corona, corona » quand on marche à côté d’eux.

On ne se sent pas en insécurité même si les cambriolages et crimes ont augmenté

********

 

A. du blog « My little Vientiane  » expatriée à Vientiane,
la capitale de le République Démocratique Populaire du Laos

Découvrez son blog : My little Vientiane.

 

Comment est la situation sur place suite au Coronavirus ?
Le confinement a commencé la semaine dernière, au 30 Mars, pour une durée de 3 semaines.
Nous devrons normalement reprendre les routes de l’école et du bureau le 20 Avril.
Il est possible de se déplacer sur Vientiane, mais les frontières entre provinces ont récemment été fermées au transport de personnes.
Les frontières internationales sont toutes fermées pour le moment et les Ambassades Européennes ont accompli un travail monstre pour rapatrier les touristes bloques ici.
Certaines Ambassades ont également lance un appel à leurs citoyens résidents qui souhaitaient rentrer… Il y a donc beaucoup moins d’expats ces derniers jours.

Les restaurants sont ouverts à la vente à emporter uniquement, mais avec les vacances du Nouvel An (13-16 Avril), certains d’entre eux fermeront leurs portes pour une semaine.
Les marches et superettes restent ouverts également : nous ne manquons de rien pour le moment !

Le nombre de cas au Laos reste faible (touchons du bois), les gens font attention mais ne tombent pas dans la panique.
Dans les commerces, nous pouvons voir que la distance sociale est respectée, que du gel antibacterien est à disposition sur tous les comptoirs ou à l’entrée des établissements, le port du masque est, pour nous en Asie, une coutume qui s’est bien entendu renforcée depuis quelques semaines.

 

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement pour lutter contre le Coronavirus ?
Le Gouvernement a décidé de fermer les écoles très tôt, ce qui était une très bonne initiative.
La notion de « distance sociale » est apparue très peu de temps après.

Je dois saluer la réactivité du Gouvernement Lao ces dernières semaines, les mesures se mettent en place, tant à « l’oral » que dans la pratique.

 

As-tu songé à te faire rapatrier ?
Non. A vrai dire, j’ai songé à rentrer pour être près de ma famille, non pas pour des raisons sanitaires.
La France est lourdement touchée par l’épidémie du Coronavirus , et même si l’on estime que les infrastructures en France seraient plus appropriées, je ne souhaitais pas quitter le Laos.

 

Comment vis tu cette situation « inédite  » en tant qu’expatriée ?
Je crois que la situation est inédite que l’on soit à l’étranger ou « chez nous ».
Mais comme je le disais, le nombre de cas reste très limité.
Nous avons pu (malheureusement) voir l’épidémie se propager dans les pays alentours, les mesures relatives aux rapatriements, à la ré-organisation du travail etc. a pu se mettre en place progressivement.

Aussi, la plupart de mon entourage est basé ici depuis des années, certains considèrent même qu’ici, c’est « la maison » (c’est aussi le cas pour moi).
Je suis entourée de semi résidents, semi expats, pour qui la question du rapatriement ne se posait pas.

 

As tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ?
Problèmes de violence, d’insécurité ? Ou au contraire des élans de gentillesse et de générosité ?
Pas du tout !
Les Laos sont de nature très gentille et généreuse et cohabitent très bien avec les expats, d’où qu’ils viennent.
Je n’ai moi-même vécu aucune expérience malheureuse. Et ce même après que la France soit déclarée un pays à haut risque.
De même qu’autour de moi, je n’ai rien entendu de tel…

La générosité fait partie de l’ADN des Laos, mais je crois qu’aujourd’hui, plus que jamais, cette générosité devrait être dirigée vers les plus défavorisés.
Un appel aux dons a officiellement été lancé.
Mais même sans cela, des élans de générosité se sont faits voir : production de masques pour les bonzes, donation de produits alimentaires basiques tel que le riz etc.

********

Joannie expatriée à Melbourne en Australie

 

Comment est la situation sur place suite au virus Coronavirus ?
Nous sommes confinés avec comme consigne de ne sortir que pour les raisons suivantes : faire les courses, faire de l’exercice, aller chez le médecin ou à la pharmacie, et aller au travail si on n’a pas le choix du télétravail.

On ne peut pas être en groupe et pas plus que 2, avec 2 bras qui nous séparent.
L’amende est assez salée pour quiconque ne respecte pas les consignes. La courbe est en train de se stabiliser donc je pense qu’on fait ce qu’il faut.
Aéroports fermés sauf pour le rapatriement des citoyens et résidents permanents, et depuis cette semaine, chaque voyageur est forcé d’aller s’isoler dans une chambre d’hôtel mise à disposition par le gouvernement, nourris et logés.
Chaque Etat d’Australie a ses propres conditions aussi.

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement pour lutter contre le Coronavirus ?
Je trouve que les mesures mises en place par le gouvernement sont plutôt efficaces.
Leur message est clair, il faut rester à la maison et ne pas être plus que deux à la fois, sauf si on habite avec plus de personnes.
De plus, en tant que professeur des écoles, j’apprécie aussi que le « Premier » du Victoria, Dan Andrews, ait pris la décision de fermer les écoles plus tôt pour les vacances de Pâques, alors que Scott Morrison, le premier ministre, souhaite qu’elles restent ouvertes.
Enfin je pense que la mesure la plus efficace en ce moment est de mettre en quarantaine tous les voyageurs revenant de l’étranger dans des hôtels pendant 14 jours. Cela doit être difficile pour eux, mais va probablement être très utile sur du long terme.

Comment vis tu cette situation « inédite  » en tant qu’expatriée ?
En fait, j’oublie assez souvent que je suis expatriée car je suis partie de France depuis plus de 15ans, mais il est vrai que ce genre de situation me rappelle que je le suis.
Je vois que l’ambassade de France en Australie fait de son mieux pour rapatrier les français et je me suis moi-même brièvement posé la question de si je devrais rentrer.
Je me sens assez rassurée de savoir que l’on pense à nous à l’étranger.

D’autre part, je suis assez anxieuse car je devais aller en France pour aider ma maman à déménager en avril. Mais maintenant je ne peux pas car, quitter l’Australie, puis revenir, à l’air de relever du parcours du combattant.
Heureusement qu’en France ils ont décidé d’interdire les déménagements pour l’instant.
J’espère donc que lorsqu’il faudra que ma maman déménage, je pourrais y aller sans problème.

En conclusion, je me rappelle surtout que je suis expatriée lorsque je ne peux pas aller voir ma famille n’importe quand je le souhaite.

 

As-tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ?
Non, je n’ai pas vraiment remarqué de changement envers moi par rapport au fait que je suis française.
Le seul changement de comportement a été dû au fait que ma compagne est revenue d’Indonésie il y a deux semaines et a dû se mettre en quarantaine dans notre appartement, avec moi.
En discutant avec mes amis et collègues, j’ai eu l’impression qu’ils ont eu peur que je les contamine car j’avais encore le droit de sortir même si Ella était en isolement.
Heureusement, l’école a fermé le jour de l’arrivée de ma compagne, et nous avons été mis en confinement à ce moment-là, donc la situation de passer du temps avec mes collègues et amis ne s’est pas présentée.

********

Agathe du blog  » Agathevisor & Cie »
expatriée à Cassablanca au Maroc
Découvrez son blog : Agathevisor & Cie

 

Comment est la situation sur place suite au Coronavirus ?
Le Maroc compte à hier (11 avril) 1617 cas officiellement recensés de Coronavirus (pas de test systématique malheureusement), 113 décès et 153 guérisons d’après la mise à jour de wikipédia.

Le Maroc a fermé ses frontières au monde dans la semaine du 9 mars.
A compter du 16 mars les écoles ont été fermées puis les mosquées, hammam restaurants commerces etc.
L’état d’urgence sanitaire a été décrété le 20 mars jusqu’au 20 avril minimum avec couvre-feu à 18h

Il y a 4 motifs de sortie autorisés : professionnel, courses alimentaires, achats de médicaments, soins médicaux.
L’autorisation de sortie est signée par le moqqadem, sorte d’autorité de quartier.

Depuis le 24 mars, le Maroc a décidé de recourir à la chloroquine comme traitement contre le Covid-19.

A compter du 7 avril, le port du masque à l’extérieur est obligatoire pour tous.

 

Comment trouves-tu les mesures mises en place par le gouvernement pour lutter contre le Coronavirus ?
Le Maroc a pris des mesures radicales très rapidement.

Si la brutalité des décisions nous a empêché par exemple d’envisager l’éventuel retour parmi nous de notre aîné étudiant en France – ce que je trouve dur à vivre au quotidien – au regard de ce que nous voyons en Europe et en France, en particulier.
L’isolement semble être une décision sanitaire efficace au regard de la progression de la pandémie (voir les chiffres cités plus haut).

 

As-tu songé à te faire rapatrier ?
Oui, mon époux et moi en avons discuté cette semaine.
Son employeur a rapatrié tous ses collaborateurs à l’exception de ceux actuellement au Maroc.
Ces derniers ont pour l’instant répondu que le rapatriement n’était pas d’actualité mais qu’il faudrait l’envisager si la situation se dégrade.
Le système de santé marocain ne dispose pas des moyens notamment techniques des hôpitaux européens pour accueillir des milliers de malades.

Comment vis tu cette situation « inédite  » en tant qu’expatriée ?
Il s’agit de notre première expatriation.
Certains de nos copains ont été rapatriés pour des questions de sécurité, aucun pour des motifs sanitaires. Cette expérience est inédite pour tous.

Après comme tout le monde, il y a des jours où le moral est bon et d’autres…
Le fait que notre fils soit seul en France n’aide pas à la sérénité. 

Par ailleurs, en tant que français, nous sommes consternés, choqués et courroucés face à certains comportements de certains de nos compatriotes.
Que n’ont-il donc pas compris ?
L’Italie est pourtant notre voisine…
Comment ne pas être en colère quand on a avec des membres de sa famille, des amis qui, risquent leur vie au quotidien (soignants, commerçants, etc.) ?

Ici pas de sortie pour « prendre l’air« …
Avec mon conjoint, on sort chacun 1 fois par semaine environ pour le ravitaillement et c’est tout.
Nous avons la chance d’avoir un jardin.

Mon fils, ma famille, mes amis en France me manquent ; mes copains/copines, ma vie sociable me manquent !

Me dire que je ne pourrais pas voir ou serrer dans mes bras mes proches (et mon fils en particulier en France), avant plusieurs mois, parce que les frontières risquent de rester fermées encore un long moment, me pétrifie, m’insupporte et m’angoisse.
Les larmes me viennent immédiatement aux yeux. Tiendrais-je ? Comment ?

 

 As tu remarqué des changements envers toi de la part des locaux ? Problèmes de violence, d’insécurité ? Ou au contraire des élans de gentillesse et de générosité ?
Non pas de changement.
Même avec un masque, le gardien du parking du supermarché m’accueille toujours avec plaisir.
Le gentil chauffeur de la maison d’en face, nous offre son aide si besoin.

Au Maroc, la santé et la famille sont très importantes.
Quand on vous demande si « ça va », votre interlocuteur se soucie vraiment de la réponse, ce n’est pas juste une formule.

Cette année le mois sacré du ramadan va commencer d’ici une dizaine de jours.
Impossible en l’état de dire si le confinement perdurera pendant cette période. Inch Allah !

********

A savoir

Les différents interviews ont été réalisés sous plusieurs jours, il est donc possible que les situations
selon les pays aient évoluées entre temps.
L’idée de cet article est avant tout de mettre la lumière sur les différents moyens mis en place dans le monde
afin de gérer cette crise du Coronavirus.

********

Un grand merci aux nombreux expatriés d’avoir répondu présents à cet appel à témoins. Prenez soin de vous <3

Toutes les photos présentes dans cet article, appartiennent aux personnes interviewées.
Toutes utilisations ou reproductions ne sont pas autorisées.

********

Vous avez aimé cet article ?

N’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux =)

Vous pouvez également aimer notre page Facebook et nous suivre sur Instagram et échanger avec d’autres voyageurs sur le groupe facebook de notre blog.

Merci pour votre soutien ❤

14 commentaires sur “Le Coronavirus vécu par les expatriés

  1. Bravo @unpasseportencavale pour cette belle initiative et la participation des personnes interviewées, cela nous permet d’avoir une idée plus précise de ce qui ce passe ailleurs sur notre planète 👏. Prenez soin de vous et bon retour à une vie normale soon !

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire =)
      C’est vrai qu’on a du mal à imaginer comment ça se passe ailleurs, j’ai essayé d’avoir un beau panaché même si j’aurais aimé avoir des retours des USA et d’Amérique du sud mais bon peut être pour un prochain article =P

  2. Coucou,

    C’est une superbe idée d’article que tu as eu là ! C’est bien d’avoir les ressentis des autres pays !
    Ah le Canada, ils sont fort ! Bon, ok, je ne suis pas objective mais quand même ! Une pensée à tout mes amis là-bas !

    Belle journée,
    Laura – Happy Lobster

  3. Coucou. Tout d’abord bravo pour avoir mis en lumière les différents témoignages de plusieurs expatriés à travers le globe. C’est vrai qu’on ne le vit pas tous de la même façon. Je découvre par exemple qu’en Espagne les personnes âgées et les enfants sont interdits. J’ai l’impression que les règles sont plus assouplies en France. Je peux te dire qu’ici à Lyon le confinement est respecté, les rues sont vides mais dès qu’il y a un rayon de soleil il y a un peu de personnes dans les rues qui se promènent ou font du vélo. Tous ne portent pas un masque. Je me rends tous les jours au bureau (7mn à pied). Et le week-end je ne sors pas. Merci pour tous ces témoignages. Bon samedi !

    1. Au début c’était compliqué et puis petit à petit des choses se sont mises en place.
      Il y a régulièrement des camions qui passent dans le quartier, soit ils vendent des pastèques soit des légumes, ça dépend des jours mais c’est très aléatoire.
      Le tuk tuk du pain continue de passer régulièrement. Pour les autres produits, on compose avec plusieurs magasins qui ont mis en place des livraisons, mais c’est difficile de trouver du beurre, du lait et de l’eau.
      Le couvre-feu sera levé demain pour la journée, nous allons voir comment faire

  4. bravo pour cet article très complet ! Bravo d’avoir trouvé autant de personnes qui vivent dans des pays différents et certaines situations sont vraiment effrayantes et d’autres pays gèrent bien au dirait
    c’est fou comme en cas de crise les différences culturelles s’exacerbent 😮
    bises

  5. Je trouve cela très intéressant d’avoir pris le temps de recueillir tous ces points vues différents! On entend beaucoup parlé de touristes « coincés » à l’étranger mais pas de personnes expatriées « volontairement ». Je ne sais pas si, personnellement, j’aurais pu rester dans mon pays d’adoption car, même si je n’ai pas le droit de la voir, me savoir géographiquement proche de ma famille me rassure.

  6. Merci pour ton point de vue depuis là bas. Ici cela se passe bien, je suis en Bretagne, France. Pas de couvre feu par contre. Bon courage

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.